• La folksonomie (du mot folk : peuple et taxonomy : taxinomie) constitue une des fonctionnalités phares du Web 2.0 et permet aux utilisateurs de conserver la mémoire de leurs ressources favorites (billet de blog, page Web, photos, vidéos...) en les décrivant par des mots-clés choisis librement.

    C'est un outil de travail personnel :

    • conserver ses pages web favorite sous forme de signets
    • enrichir ses signets par des tags, organiser et classer pour pouvoir rechercher, filtrer

    et un outil de travail collectif  (social bookmarking)

    • diffuser, recommander, partager ses signets
    • constituer des groupes de veilles collaboratives ayant les mêmes centres d'intérêt

    Il participe à la promotion et à la de fabrication de la notoriété.

    C'est un intérêt souvent personnel qui guide les premières utilisations mais l'intérêt de l'aspect communautaire est rapidement évident : en suivant le fil des ressources proches des nôtres, nous suivons celles partagées par les autres membres et découvrons ainsi des contenus que nous n'aurions peut-être pas parcourus sinon. Bien sûr, le jeu est à double tranchant, on peut s'y perdre !


    votre commentaire
  • Et l'art dans tout ça ?

    Pour le mettre en boîte, en tag, pour en conserver la mémoire, différents outils de folksonomie peuvent nous servir :

    Delicious propose les fonctionnalités habituelles d’un site de partage de signets : l’utilisation de mots clés, de descripteurs de liens permettant de d'organiser sa banque de ressources et la possiblité de consulter celles d’internautes aux intérêts similaires. Vous pouvez consulter mon delicious ici pour avoir une idée de sa présentation mais celui-ci n'est pas en rapport avec les arts !

     

    Diigooffre des fonctionnalités supplémentaires très utiles. Il est bien sûr possible de conserver et de décrire ses sites favoris mais il est également possible d' annoter et de surligner des passages directement sur les pages web sélectionnées et d'enregistrer les notes dans son carnet de signets ou encore de les ranger pour « les lire plus tard ». Cette fonctionnalité me semble très intéressante car elle permet de différencier les sites que l'on a déjà parcourus et que l'on veut conserver de ceux qu'on souhaite lire plus tard, deux objectifs différents qui amènent à bookmarker. J'ai testé cet outil pour conserver quelques ressources en Arts visuels. Vous pouvez consulter mon Diigo ici.

     

    pearltrees

     Pearltrees propose d'organiser et de partager du contenu Web en s’appuyant sur un modèle plus sémantique et visuel. Chaque page de contenu (page Web, dossier, utilisateur) est représentée par une «perle» que l’on peut regrouper sous divers vocables. Une fois reliées, ces perles créent un «arbre» qui constitue une nouvelle organisation de contenu déjà existants. Cet outil est intéressant lorsqu'on est en phase de structuration de connaissances, à l'instar des cartes heuristiques, il formalise et structure les concepts liés aux contenus mais butte sur les mêmes écueils : les items pouvant prendre place dans différentes catégories. C'est par contre un excellent outil d'un point de vue communautaire, vous pouvez greffer très facilement sur votre arbre, des perles d'autres utilisateurs dont la proximité d'intérêts avec les vôtres sont facilement identifiables par cette structure visuelle sémantique. A l'inverse lorsque vous maîtrisez parfaitement un domaine, l'accès à l'information est plus long que par des outils de type liste + indexation

    Exemple de pearltrees liés aux arts visuels :

    Pearltree Arts visuels 1  -  Pearltree Arts visuels 2

    Veille informationnelle

    Référencement de ressources

     

    Un autre type d'outils entre dans la catégorie de la folksonomie, les nuages de mots-clés ou nuages de tags. Vous les avez déjà rencontrés mais vous pouvez aussi les utiliser.

    Le principe consiste à représenter visuellement les mots-clefs (tags) les plus utilisés sur un site web. Les mots sont d'autant plus grands que le nombre de leur occurrence est élevé.

    Rien n'empêche de détourner l'outil pour par exemple saisir les représentation des élèves sur une œuvre. J'ai réalisé un exemple en demandant à une douzaine de personnes les quatres premiers mots qui leur viennent en regardant ces deux tableaux de Bengt et de Klee  .

    Voici les deux tableaux et leur représentation pour ce groupe de 12 personnes avec Wordle !

    Outils                 Outils

     Outils                Outils                  
     

    Vous trouverez ici  6 solutions pour créer des nuages de mots-clef


    votre commentaire